-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal


Louis Renault naît le 15 février 1877 à Paris dans une famille bourgeoise parisienne dont il est le quatrième enfant sur cinq (deux sœurs et deux frères). Son père, Alfred Renault investit dans une fabrique de boutons dont il tire peu à peu bénéfice. Sa mère, Louise, est fille de commerçants aisés. Elle aime les arts et recevoir. Chaque fin de semaine, Alfred Renault se rend à la résidence secondaire à Billancourt en compagnie de ses trois fils, Fernand, Marcel et Louis. Il enverra ses deux fils ainés en Angleterre pour y étudier les pratiques commerciales.

Après un court apprentissage dans l'usine familiale,Louis, alors âgé de 14 ans, va se passionner très tôt pour la mécanique, les moteurs, l'électricité. Il découvre les premières automobiles équipées d'un moteur à vapeur de l'ingénieur Léon Serpollet, l'un des rares créateurs à avoir une autorisation préfectorale pour circuler. Sa passion le pousse à négliger ses études, les abandonne après le baccalauréat et compte sur son imagination prolifique, son intuition et son pragmatisme. Il passe une grande partie de son temps dans l’atelier où Serpollet fabrique des moteurs de voiture à vapeur. Il commence son apprentissage de mécanicien en construisant un bateau, le « Gigolo », pour lequel il obtient un brevet de navigation. Mais le destin en décide autrement quand il décide de se lancer dans l'aventure de la construction automobile.


A seize ans, frappés par le manque de puissance et le bruit des nouveaux engins, il cherche une solution à ces problèmes et fait des essais dans un atelier au fond du jardin de la résidence secondaire familiale. Il modifie un vieux moteur Panhard, multiplie les inventions, dessine inlassablement des plans, dépose ses premiers brevets et s’enferme dans sa solitude créative.


En 1897, il met au point un dispositif de changement de vitesse et de transmission par cardans et révolutionne l'automobile avec l'invention de la " prise directe ". Âgé de 21 ans, il construit sa première voiturette en modifiant un tricycle De Dion-Bouton pour y ajouter une quatrième roue, une transmission par cardan, une boîte à 3 vitesses avec la troisième en " prise directe " de son invention, et une marche arrière le tout capable d’une vitesse de 50 km/h.


Le 24 décembre 1898, lors du réveillon de Noël, à la suite d'un pari avec ses frères et des amis, Louis remonte la pente de 13% de la rue L’épic à Montmartre, au volant de sa" voiturette ". Un exploit qui lui vaut ses douze premières commandes, celles des douze convives. Renault est le premier constructeur automobile à avoir vendu des voitures qui n'étaient pas encore construites. Quelques mois plus tard, il dépose le brevet de la prise directe qui sera à l'origine de sa fortune, tous les constructeurs de l'époque l'adopteront. Il gagne aussi l'admiration de ses frères, Fernand et Marcel, négociants en textile, et leur appui financier.


Le 25 février 1899, ses deux frères Marcel et Fernand qui gèrent la firme de textile paternelle « Renault Fils, tissus en gros » fondent la société Renault Frères au 10 avenue du Cours à Boulogne Billancourt en apportant chacun la moitié d'un capital, sans croire véritablement ni à l'automobile ni au génie de leur frère. Louis n'est pas associé, simple salarié mis à l'épreuve et bénéficiaire de son brevet. Marcel se charge de l'administratif et Louis se consacre complètement à la conception et la construction des voitures. A la fin de la première année,76 voiturettes sont produites et vendues. Avec le carrossier Labourdette, il crée en 1900 une des premières conduites intérieures au monde.


En août 1899, pour promouvoir leur produit, Louis et Marcel utilisent leur passion commune: la course. Ils s'alignent au départ de la course Paris-Trouville et obtiennent leurs premières victoires d'une longue série de courses de ville à ville de l'époque. Dans leur catégorie, les Renault n’ont pas de rivaux. Ils gagnent dans la foulée Paris-Ostende, Paris-Rambouillet et Toulouse-Paris, Paris-Bordeaux, Paris-Ostende, Paris-Berlin et, surtout, un glorieux Paris-Vienne qui consacrera Marcel en 1902. Dés lors c’est par la compétition que la marque Renault Frères va se faire connaître avec Louis et Marcel au volant de leurs voiturettes. Ces succès sont à la fois la publicité et le marketing direct les plus efficaces qui soient auprès d'un public enthousiaste et le carnet de commandes s'épaissit de course en course. Les voiturettes sont vendues 3 000 francs or, l'équivalent de dix ans de salaire moyen. La marque se développe rapidement et les ateliers s'agrandissent en bord de Seine.


En 1902, ils couvrent déjà 7 500 m². Le catalogue compte plusieurs modèles, dont la première conduite intérieure du marché. Louis Renault pense deja a la voiture a vivre. Cette même année, Louis présente le premier moteur Renault, un 24 CV 4 cylindres. Il fait également breveter le premier turbo.


En 1903 Louis perd dramatiquement son frère Marcel âgé de 31 ans victime d’une sortie de route près de Couhé-Vérac en Poitou-Charentes lors de la course automobile Paris-Madrid. Traumatisé par cette mort, il abandonne définitivement la compétition et recrute des pilotes expérimentés pour piloter ses voitures en France mais aussi en Afrique du Nord, aux États-Unis, à Cuba, en Amérique du Sud... Il rachète les parts de société de son frère disparu et Fernand commence à développer le réseau commercial de Renault Frères et crée les premières filiales à l'étranger - Angleterre, Belgique, Italie, Allemagne, Espagne, États-Unis. Billancourt représente alors une production de 1 200 voitures, fabriquées sur vingt-quatre hectares par huit cent ouvriers. Délai de livraison un an !


Coup d'accélérateur en 1905, les grandes villes comme Paris, Londres, New York ou le Caire étaient polluées par le crottin de cheval. Elles ont donc décidé de lancer des concours de taxi (taxi vient de taximètre ou taxe au mètre) remporté par deux sociétés, Renault et Unic. Renault reçoit sa première grosse commande : 250 taxis destinés à une compagnie parisienne, suivie par une seconde de milles unités pour Londres. Louis transforme ses installations artisanales en industrie de production de série et devient le premier constructeur d'automobile français. Deux ans plus tard un taxi sur deux en France et en Angleterre est des Renault qui s'exportent avec succès jusqu'à New York et Buenos Aires en Amérique. La même année sont fondées Renault Limited à Londres et Renault Selling Branch aux États Unis. Renault, c'est en 1901, le premier camion, en 1906 le premier autobus pour la Compagnie générale des omnibus de Paris.


En 1906, Louis se lance avec succès dans sa seconde passion avec la fabrication de moteur d'avion performants qui bat record sur record dans les airs et en 1907, le moteur donnera aux frères Farman le record du monde de durée et de distance parcourue sans escale en 1911. C'est également la fabrication des moteurs pour les dirigeables et les bateaux (moteur d'appoint pour le Titanic !)


En 1908 Fernand Renault vend ses parts de société à Louis, se retire puis meurt des suites d'une longue maladie l’année suivante. Louis Renault devient alors à 32 ans seul héritier de la fortune familiale et seul maître de sa société qu'il renomme en « Société des Automobiles Louis Renault ». Il est très inventif et ses voitures sont de plus en plus performantes.


En 1910 il effectue un voyage aux États-Unis pour étudier les méthodes industrielles de son concurrent Henry Ford avec son modèle unique et pas cher la « Ford T ». Sa tentative d'appliquer le travail à la chaîne pour augmenter la productivité(taylorisme) en France se heurte à de sérieux problèmes sociaux et en 1913 il essuie ses premières grèves dans son usine de plus de 136 000 m2. Incapable d’attirer la sympathie, devenu un industriel tout puissant en quelques années seulement, il se comporte en véritable seigneur féodal dans ses usines. Hautain, autoritaire, cassant et coléreux, il ne supporte pas le moindre faux pas et ne tolère aucune contradiction. Il n'est bien que dans son bureau d'étude ou il est un acharné au travail surdoué, prolifique, inventif plein de génie. Avec 4 480 voitures fabriquées en 1913, Renault représente 10% de la production nationale, ex-æquo avec Peugeot. On dénombre alors plus de 600 constructeurs automobiles en France ! A titre de comparaison, Ford fabrique plus de 500 000 véhicules.


En 1914 l'usine compte plus de 5 000 employés pour fabriquer plus de 4 200 véhicules par an. La plupart d'entre eux sont mobilisés pour la Première Guerre mondiale et remplacés par leurs femmes pour participer à l'effort de guerre en fabriquant camions, ambulances, brancards, plus de 8 millions d'obus pour l'armée française et 14 500 moteurs d'avions pour les alliés (premier producteur français de moteurs d'avion). Les taxis Renault sont réquisitionnés sous le nom de « Taxis de la Marne » pour envoyer 4 000 hommes de troupes sur le front et remporter une première victoire historique ultra médiatisée.


En 1917 Louis dessine et construit le premier char mitrailleur léger Renault FT 17 (F pour Filloux, nom de l'auteur du canon court de 37 mm, T pour Tourelle) aux qualités remarquables qui aident à la victoire finale de 1918.


Sa contribution exceptionnelle à la victoire des Alliés fait de lui un héros international et décuple l'image de Renault dans le monde. Il est décoré de la Grand-croix de la Légion d'honneur. Revers de la médaille, Renault n'a pas de modèle de voiture pour le temps de paix, contrairement à ses concurrents dont Citroën. Héritier immédiat de la technologie militaire, le tracteur agricole Renault à chenilles issu du FT 17.


En 1919 les américains épargnés par la guerre, ont pris une considérable avance économique, industrielle et technologique sur l'Europe et sont entrés dans l'ère de la consommation avant l'Europe grâce surtout à Ford qui produit en série des véhicules bon marché démocratisés, moteur de l'économie nationale américaine. L'âge d'or des voitures Françaises est terminé. Louis est un des 3 co-fondateurs de la Compagnie des messageries aériennes.


En 1921 Louis développe avec succès la Société Anonyme des Usines Renault (SAUR) en empire industriel et fait entrer une banque dans son capital pour tenir tête à la concurrence mondiale..........